Non classé

Chapitre 6: La loi de l’approvisionnement local. Partie 1

Enfin! La 1ère partie du chapitre 6 est enfin là! o(≧∇≦o)

Quelques petites notes avant de commencer. J’ai réécris certains passages car ils étaient non seulement redondants mais aussi très confus. Si vous comparez avec la version original, la mienne n’est pas une copie conforme mais reste très proche. C’est pour vous (et moi aussi par la même occasion) d’avoir les yeux qui saignent devant certaines phrases.

Si vous trouvez des fautes, laissez moi des commentaires et je les corrigerai. Σ(ノ°▽°)ノ

Ma mise en forme est approximative pour le moment, je suis sur un portable qui date un peu. Mais je rattraperai le tout avec la 2ème partie, le temps que je remonte mon PC.

Sur ce, enjoy! (ノ^ヮ^)ノ*:・゚✧

Chapitre 5. 』

 

 

Chapitre 6: La loi de l’approvisionnement local.

Du monde arrivait tous les jours à Morata. Sentant l’odeur d’aventures et de nouvelles quêtes, les visiteurs se ruaient vers le nord.

  • “Mage, level 310. Pratique la magie atmosphérique, je cherche une équipe.”
  • “Pars ici, Mage-nim.” (équivalent de -san en japonais)
  • “Je suis là.”
  • “Identificateur, level 296. J’identifie principalement les pièges, mais je peux aussi le faire pour des objets.”
  • “Puisqu’on a un identificateur sans offensive, quelle quête vous voulez prendre?”

La place de la ville fourmillait de personnes à la recherche d’une équipe. Partout à travers le nord, de nouvelles quêtes et histoires s’inventaient. Voilà pourquoi tous les aventuriers voulaient en profiter.

Quand ils chassaient des monstres dans les donjons, les chances de tomber sur de bons items étaient rares. Mais ici, certaines quêtes pouvaient les mener à découvrir des donjons inconnus, ce qui faisait doubler leur expérience et augmenter la fréquence de bons drops. Nombreux sont les aventuriers qui se rassemblaient à Morata dans l’espoir de trouver des compatriots dignes de confiance avec qui partager les risques.

  • “Des armes d’hast. Rien ne rivale une arme d’hast au combat. Une arme qui excelle en attaque et en défense, c’est peut-être votre dernière chance. Regardez ses stats!”
  • “Dague Kadallina. La seule et unique. Vous pouvez regarder sa valeur avant de l’acheter…”

Des joueurs s’accroupissaient sur la place de la ville en attendant que des potentiels acheteurs se présentent pour leur acheter ce qu’ils avaient obtenu durant leur chasse. Plutôt que d’aller acheter en magasin, il était plus avantageux de réaliser des transactions entre joueurs pour les items précieux.

  • “Black Iron! Je vends des armes forgés en Black Iron. Elles sont étaient forgés par Geam le forgeron. Elles sont au niveau intermédiaire et je vous garantis qu’elles vont vous couper le souffle. Cependant, elles ne sont pas remboursables! Aucune garantie de réparation pour les futurs dommages et autres débris.”
  • “Découvrez mes boucliers de qualité. Procurez vous un bouclier sur-mesure fait par Paberu, qui est reconnu comme un maître artisan après avoir atteint le niveau intermédiaire en Forge.”
  • “Items qui produit de la magie. J’en ai qui en font pour 1 jour, 3 jours et d’autres, une semaine entière.”

Des forgeron à des couturiers, enchanteurs et dresseurs se rassemblaient à Morata. Le nord était remplis de nuées imprévisible de monstres et de pièges. Des situations périlleuses se cachaient dans tous les recoins et naturellement la demande d’objets spécialisés étaient très élevée. Le marché pour les équipements et le commerce se développait rapidement, ce qui entraînait la création de nombreux postes d’artisans. Depuis, Morata devint célèbre auprès des joueurs comme une ville où l’on pouvait obtenir et échanger, et les aventuriers n’arrêtaient pas d’affluer.

  • “La terre est vaste et fertile. Il ne nous manque juste qu’à planter de blé.”
  • “Il doit surement y en avoir quelque part dans la mine.”

Des fermiers, mineurs et même le bétail ne voulaient pas manquer leur chance à Morata. Les étendues sauvages qui avaient été défrichées, ont fait apparaître des mines. Quand quelqu’un en découvrait une, il n’avait juste qu’à payer une taxe pour en devenir propriétaire; les mineurs parcours donc le nord comme aventuriers dans l’espoir de trouver une mine d’or et de devenir riche.

Morata était devenue la principale ville du Nord! Quoiqu’il était un peu trop flatteur de l’appeler ainsi. Il n’y avait pas assez d’habitants pour la considérer comme une vraie ville et il manquait de bâtiments. Toutefois, le village grossissait de plus en plus à mesure que les gens s’installaient. Les artisans étaient ceux qui étaient les plus occupés après les valeureux guerriers; on les voyaient toujours à s’afférer et à travailler sur quelque chose.

Sans parler de la vie nocturne dès le coucher du soleil! Les rues qui grouillaient de monde durant le jour étaient complètement désertes. La raison principale était que tout le monde se presser à la Tour de Lumière près des régions montagneuse.

  • “Je me demande comment cette somptueuse sculpture arrive à capturer aussi subtilement la sensibilité de l’homme?”
  • “Ça me donne envie d’en apprendre plus sur le sculpteur.”

De leur côté, les guerriers et les mages se dépêchaient d’aller au combat après avoir vu la lumière de la tour.

  • “En avant toute!”
  • “À la Chasse!!”

Ils voulaient profiter au maximum de la durée des buffs que donnaient les sculptures pour chasser.

Comme la Tour Eiffel en France ou la Statue de la Liberté à New York qui symbolisent de grandes villes, Morata se distinguait et s’épanouissait grâce à la Tour de Lumière. La nouvelle s’était déjà répandue et de nombreux villages étaient au courrant pour la Tour de Morata. Grâce à sa main d’oeuvres et sa qualité de vie, le nom de la cité atteignait de nouveaux sommets. La Tour de Lumière était que les gens reconnaissaient quand ils pensaient au Nord..

Voici ce que disait ceux qui arrivaient épuisés de Roseheim:

  • “C’est Morata ça?”
  • “C’est bien le sculpteur Weed-nim qui est le prince de la ville?”
  • “J’ai entendu dire qu’on te donnait du porridge quand tu arrives!”

Une autre raison pour laquelle le nombre de touristes ne diminuait jamais était l’effort apporté au développement de la ville. En l’absence de Weed, c’était l’Ancien du village gouvernait.

  • “Je ne veux plus que les résidents soient de nouveaux affamés”

Il s’engagea donc dans un développement d’envergure. La ville lança la culture des champs pour compenser le manque de nourriture. Étant donné la fertilité du nord, les habitants, autrefois affamés, prospéraient et la population croissait. Investir pour détruire le cercle vicieux de la faim!

Morata a défriché une nouvelle étendue sauvage. Le terrain peut maintenant accueillir du blé, des légumes et des arbres. La première récolte se fera dans quatre mois.

Espace disponible: 140 000 Py (1py = 3.3058 m2, donc environ 370 terrains de foot.)

Croissance économique: +7

Revenue: 800 pièces d’or / mois

Récolte de grain: 830% d’augmentation

En terme d’investissement, le revenue de la récolte était insuffisante. Cependant, comme la population augmentait, un tel investissement était requis. L’ancien dédia 30 000 pièces d’or au projet de défrichage des aires sauvages.

2 000 pièces d’or furent dédié au nettoyage des rues et 260 000 pièces d’or ont été investi dans la construction d’habitations et de commerces.

Le moral des résidents de Morata est à 89.

Statut sanitaire et santé a été modifié à Très bien.

À chaque fois que les aventuriers visitaient l’Ancien, ils ramenaient avec eux leur butin. Bantem, Kunta et Horeugan avaient rapporté des parties d’une hordes de Barbares qu’ils avaient chassé dans l’antre maléfique de Yodeum. Dans d’autres cités, le prix de ces matériaux pouvait monter jusqu’à 200 pièces d’or et environ 30 points de Réputation. Mais le cas de l’Ancien était particulier.

  • “Oh, vous avez fait du très bon travail. Nous, habitants de Morata, n’oublierons jamais votre aide.”

Alors que l’Ancien ne manquait pas d’éloges sur une quête aussi insignifiante, Bantem répliqua franchement:

  • “En tant que guerriers, nous ne faisons que ce qui nous a été demandé.”
  • “Non, non. Vous nous avez aidé à alléger notre peur de ces monstres du passé.”

Pour l’Ancien et les habitants de Morata, leur peur des monstres était très présente. Après tout, ils ont été victimes d’un clan de vampire par le passé. Voilà pourquoi l’Ancien admirait beaucoup les guerriers.

  • “Nous vous avions confié la tâche de vous occuper de nos chers habitants et j’aimerai vous remercier à la place de notre Comte. Bien que ceci n’est pas beaucoup, j’espère que vous allez me laisser m’occuper de vos dépenses.”

*Ding!*

Récompense est de 360 pièces d’or.

Réputation augmente de 46.

  • “Autant d’argent …”
  • “S’il vous plaît, continuer de venir avec des montres. Nous paierons plus.”

L’Ancien était généreux. Sous le nom du Comte, il donnait beaucoup. Les 130 000 pièces d’or que Weed avait laissées, s’évaporèrent rapidement. Depuis, la ville comptait principalement sur les taxes comme source de revenue. Le peuple de Morata adorait les guerriers qui s’occupaient des monstres et en retour, ils les récompensaient généreusement de points de Réputation. Vu que l’Ancien dépensait beaucoup, les taxes augmentèrent.

Du côté des aventuriers, pour compléter leurs quêtes, ils n’avaient pas le choix que de dépenser pour acheter de l’équipement, de la nourriture et payer pour les chambres d’auberges. Toutes les parties issues de monstres et autres étaient traitées et changées en cuir ainsi qu’en produits dérivés. Ce qui causa le prix des items d’augmenter de façon vertigineuse. D’autre part, mise à part l’industrie du textile, les secteurs des technologies, de l’agriculture et de l’industrie étaient clairement sous-développés. L’industrie du textile croissait et commençait à produire d’excellents cuirs et tissus qui incitèrent les marchands et aventuriers à acheter rapidement et à des prix onéreux. Ce qui devint la principale source de revenue pour Morata. Bien sûr, l’Ancien n’oublia pas d’augmenter les taxes.

  • “Pour vous remercier de toujours honorer la déesse Freya, j’aimerais faire cette donation à nos frères.”
  • “Oooh, soyez bénis!”

5 000 ont été offert en cette occasion. De nombreux projets culturels voyaient le jour régulièrement. Bien que les guildes reliées aux combats n’étaient pas encore créées, les guildes d’artistes fleurissaient. Conférences, exposition d’arts et bien d’autres absorbaient l’argent comme une éponge absorbe l’eau. On comptait les diverses expositions de sculptures et peintures par milliers à travers Morata tous les jours.

*

  • “Mouhahaha.”
  • “Le maître est parti.”
  • “Envolons-nous. Nous sommes libres!”

Wy-1, Wy-2, Wy-3, Wy-5, Wy6 et Wy-7! Ils étaient heureux. Le maître qui les abusait et les exploitait était parti au pays des vampires; bien que temporaire, ils goutaient à la liberté. Si ce n’était pas le paradis. Le premier à parler à travers la brise était Wy-1.

  • “On devrait en profiter, mais comment!”
  • “C’est vrai.”
  • “Je suis désespéré.”

Les wyverns répliquèrent avec enthousiasme.

  • “Gogol. C’est insupportable tout ça parce que j’ai un mauvais maître. Regardez ce qui est arrivé à ma coque dorée. Golgol!” Geumini fit résonner sa tête.
  • “Le froid et la faim … enfin, la douce liberté après la souffrance. On a le droit de profiter de cette liberté. Ici et maintenant, il n’y a AUCUN MAÎTRE!” Il était excité par la simple pensée de l’absence de Weed.

Avant de partir, Weed les avait tous réunis et leur à fait la morale pendant des heures.

  • “Regarder de haut les monstres depuis un ciel aussi vaste. Wy-3”
  • “Oui, maître?.”
  • “Pour toi, que veut dire ‘être un Wyvern’?.
  • “Un Wyvern est le roi du ciel, il est fort et rapide, n’est-ce pas?”
  • “Tout à fait!”

À ce moment là, Wy-3 était en train de se goinfrer d’ailes de poulet. Évidemment, ce rare compliment de Weed lui a fait plaisir. Mais ce compliment et encouragement avaient un sens caché. Weed critiqua violemment la faiblesse des Wyverns.

  • “Alors, comment ça se fait que mes Wyverns sont plus faibles que les monstres faiblards qui marchent par terre!? Donc, les Wyverns, rois du ciel, tremblent devant eux et étendent leur ailes. Des ailes qui vous servent d’excuses pour éviter des gringalets pareils!!”
  • “Désolé, maître.”

Les Wyverns avaient honte et se savaient pas quoi répondre. La vérité est qu’il était faible parce que les compétences de Weed lors de leur fabrication étaient insuffisantes. Mais ils ne pouvaient pas s’en douter, pas avec une intelligence aussi basse.

  • “Soyez fort! Le royaume ne survivra jamais si vous vous laissez dominer et que les autres se font tuer par des créatures aussi frêles. Si vous êtes vraiment des rois du ciel, ne laissez jamais mourir vos collègues!”
  • “Kooooooooo!” (crie?)
  • “ Le maître s’inquiétait pour nous à ce sujet.”

Le bec des Wyverns tremblait d’émotion. Grâce à ce discours de départ, Weed leur a laissés un objectif.

  • “Devenir plus fort!”

Les Wyverns se déplaçaient avec aise sur les terrains de chasse et gagnaient en force. Bien que Weed était absent, ils continuaient quand même à lui obéir. En y repensant, ils comprirent pourquoi ils respectaient aveuglément Weed: Leadership et charisme!

Leur stats d’affinité étaient plus élevés parce que Weed les avait créés.

  • “J’ai envie d’aller prendre l’air aujourd’hui.”

Mais la pause de Wy-1 dura plus longtemps que la chasse. Il s’assit sur le bord d’une falaise, les ailes repliées, il se sentait invincible alors qu’il ne faisait que se tenir bêtement là, un lapin à la main. Les autres derrière lui n’étaient pas mieux.

  • “Keukeukeu.” (rire)
  • “Ce truc est bon.”
  • “Bouffe plus! plus! plus!”

Le temps qu’ils passaient à chasser se réduisait de plus en plus. Les Wyverns se faisait plaisir: ils passaient leur temps dans les champs à dormir et à s’amuser.

  • “On a fait le tour de ce qu’il y avait à faire.”
  • “C’est l’heure de la pause.”
  • “Quand le maître est pas là, faut qu’on se repose. Quand il va revenir, on va surement souffrir.”
  • “Allons s’amuser.”

La chasse devint rare. Peu importe à quel point le charisme et le leadership de Weed étaient élevés, s’il n’était pas là, il ne pouvait que perdre en influence.

  • “Keukeukeu.”
  • “Le bonheur est tellement agréable.”

Paresseux comme ils étaient, ils ne faisaient que se goinfrer et grossissait à vu d’oeil. Triple mentons et des abdomens ronds, même leurs ailes devenaient grasses. Bien que ce n’était pas encore alarmant, comme ils étaient à fait pour être élancé, cette prise de poids leur faisait perdre en vitesse. Encore un peu et ils ne seront plus capables de voler!

  • “Le terre ferme, c’est pas si mal.”
  • “C’est vrai, c’est tellement fatiguant de battre des ailes pour voler.”

Ils étaient tous d’accords. Maintenant, parfois, ils devaient se résoudre à courir pour chasser.

Pas à pas!

Publicités

Un commentaire sur “Chapitre 6: La loi de l’approvisionnement local. Partie 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s