DKC

Chapitre 10 – Quel grand frère extraordinaire!

Chapitre 10 – Quel grand frère extraordinaire!

 

Su Xi voulait vraiment sortir de là et annoncer haut et fort que ce n’était pas elle, pas elle…. mais dans les circonstances actuelles, elle n’avait pas d’autre choix que de rester cachée derrière les fleurs de lotus. Cependant, elle avait toujours un grand frère génial.

Voyant que sa meimei préférée avait été mal comprise, il se mit à rire et expliqua: “TaiZi, votre altesse, celle qui était là il y a un instant n’était pas Wû-jie*. Ma Wû-jie est douce et distinguée avec un talent inné extraordinaire. Elle n’a même pas assez de temps pour s’entraîner, alors comment pourrait-elle être assez espiègle pour causer des problèmes.”

(Wû-jie= Su Xi)

 

Une lueur particulière traversa les yeux du prince héritier: «Oh? Alors qui était-ce?”

Su Jingyu ne savait pas quoi dire. Il se reprocha secrètement d’être un imbécile, pourquoi a-t-il dit que c’était une ses sœurs et pas seulement une des servantes au hasard? Maintenant que TaiZi avait posé la question, comment devait-il réagir? Son père considérait toujours très bien sa San-mei. De plus, San-mei était vraiment proche de sa mère et de sa meimei. S’il était possible de la protéger, il n’allait pas la jeter sous le bus. Tout à coup, Su Jingyu eu un éclair de génie et réalisa qu’il pouvait tirer avantage de la situation et faire une pierre deux coups. Dans son excitation, il éleva légèrement la voix: “En fait…. Je ne garderai pas Votre Altesse dans le noir, cette fille est en fait…. réellement…. »

 

“Tu parles et tu interromps comme si tu ne veux pas dire la vérité. Ne me dit pas que cette fille est en fait…” Les yeux abyssaux du prince héritier vacillèrent alors que sa voix s’abaissait et semblait porter une sorte de suggestion.

“Oui, Votre Altesse est un génie. Cette fille est en fait ma bonne à rien Si-jie*!” Après que Su Jingyu ait prononcé ces mots, il s’est immédiatement détendu et a eu l’impression que le ciel s’était éclairci. Même le vent qui soufflait doucement avait une odeur fraîche et pure.

Si-jie*?

(Eh oui, Si-jie est Su Luo)

 

Le Su Luo qui était assis au sommet d’une branche voulait sérieusement exploser et le noyer d’insultes. Son rigide Da-ge*, qui était supposé être une personne de haute moralité, était en fait sans vergogne! Pour blâmer un innocent, il l’avait entraînée et a fait d’elle un bouc émissaire! Et a même dit que cette scandaleuse personne était en fait elle!

( Da-ge = grand frère/ 1er né de la famille)

 

Elle compris finalement d’où venait sa réputation notoire. Tant que l’une des sœurs faisait une erreur, elles disaient aux étrangers que c’était de sa faute et attachait le chapeau de coupable sur sa tête. Les yeux de Su Luo brillaient d’une froideur glaciale. Bien, très bien. Su Jingyu, cette dame* va s’en rappeler. Cette dame* est extrêmement rancunière. En ce qui concerne cette vengeance, attends tu verras.

(Su Luo parle d’elle à la 3ère personne pour montrer son arrogance)

 

Nangong Liuyun observa avec amusement le teint changeant de la jeune fille alors que ses lèvres rosées formaient un sourire. Sa voix basse anormalement attirante portait un soupçon de sensualité: “Gamine, tu ne pars pas pour éclaircir le malentendu?”

“Si je sors maintenant, ce Da-ge serait certainement surpris, puis il pourrait me rejette comme si j’étais une servante. Qu’est-ce-que tu crois?” Le sourire de Su Luo était aussi beau qu’une fleur alors que ses dents blanches brillaient d’un éclat froid.

(Gurl, on est dans un roman ou on est dans une pub Colgate?)

 

“Mais si tu ne sortes pas, ta position en tant que TaiZi Fei* va disparaître à jamais. Qu’est-ce-que tu penses?” Les lèvres rouges de Nangong Liuyun étaient de la couleur du sang; c’était une couleur brillante et éclatante. Ses yeux clairs et profonds pouvaient directement pénétrer son cœur.

(Le diabète me rattrappe. TaiZi Fei= l’épouse du prince héritier et est destinée à devenir Impératrice)

 

TaiZi Fei? Su Luo réfléchi longuement et finalement découvrit la vérité dans la mémoire de l’ancien propriétaire de ce corps. C’était vraiment réel. Comme il avait été dit que le Su Luo était la réincarnation d’un oiseau divin, l’impératrice l’avait fiancée à TaiZi. Après toutes ces années, même si sa réputation était aussi mauvaise que le contrat de mariage était si chancelant qu’il était sur le point de s’effondrer, le contrat n’avait toujours pas été annulé officiellement. Donc, le mensonge de Su Jingyu, qui lui avait fait porter le chapeau devant TaiZi, n’avait pas seulement effacé toute suspicion quant à l’implication de Su Xi et Su Wan d’une part et résolu le problème soulevé par le prince héritier mais ouvrait également un chemin vers son avenir. Parce que Su Xi aurait la chance de devenir princesse seulement si Su Luo s’embarquait sur cette route.

 

Su Jingyu, ah Su Jingyu…. Dis-moi, qu’est-ce que je vais faire avec toi?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s