DKC

Chapitre 11 – Il est Jin wangye?!

Chapitre 11 – Il est Jin wangye?!

Même si je n’aime pas vraiment la méthode utilisée, le résultat me plait. Elle n’avait sérieusement aucun intérêt à être la princesse de ce prince. S’il fallait vraiment comparer, même si autoproclamé prince qui se tenait devant mes yeux était diabolique, fort, autoritaire, grossier et aimait profiter de la situation… Su Luo en avait tout de même une meilleure impression que du prince héritier.

« Pauvre gamine, tu es sur le point de devenir le bouc-émissaire. » Nanqong Liuyun fit semblant d’être compatissant alors qu’il tapa le délicat nez rose de Su Luo. Bien qu’il était inexpressif, un sourire satisfait lui traversa les yeux.

« As-tu besoin d’un rappel amical? » Le coin de la bouche de Su Luo se recroquevilla avec un sourire qui n’en était pas vraiment un. « La personne que tu tiens actuellement est ta future belle-soeur. »

« Incorrect! » Les yeux de Nanqong Liuyun brillèrent alors qu’il exposait légèrement ses dents blanches. “La personne que benwang tient est ma future Wangfei.”

Su Luo leva silencieusement les yeux au le ciel: “Mais quelle blague, elle n’est même pas drôle.” Elle était la légendaire bonne à rien des rumeurs et elle était née d’une concubine. En plus, sa position de fiancée du prince héritier était sur le point d’être retirée. Comment ce modeste prince osera-t-il l’épouser? Jusqu’à présent, Su Luo ne connaissait toujours pas le puissant passé de l’homme qui la tenait. Elle pensait toujours que Nangong Liuyun était l’un de ces petits seigneurs.

Laissons de côté l’échange chaleureux entre ces deux là devant l’étang de lotus, après que TaiZi ait découvert la vérité que Su Luo était cette fille éhontée, toute son attitude s’éclaira alors que ses yeux scintillaient.

Ayant appris cette vérité, rien d’autre ne comptait.

TaiZi est parti heureux en emportant la bonne nouvelle avec lui. Après un claquement de tissu, on ne voyait même plus son ombre. Les gens devant l’étang à lotus étaient déjà partis. Une légère brise fit des ondulations à la surface de l’eau. Dans l’étang de lotus se trouvait une miss Su Xi qui tremblait. En attendant que l’après-midi devient crépuscule, puis du crépuscule à la tombée de la nuit, Su Xi attendit jusqu’à ce que son visage devienne pâle, et ses lèvres violettes, mais sa San-jie n’était toujours pas venue lui apporter des vêtements. La pauvre Su Xi ne savait pas que lorsqu’elle poussait Su Wan, elle utilisait trop de force et que Su Wan était inconsciente depuis longtemps.

Su Xi, dans l’étang de lotus, devint tellement en colère qu’elle commença presque à grincer des dents. Dans son cœur, elle commença à détester Su Wan. Elle jura en silence qu’après son retour, elle ne laisserait pas Su Wan s’échapper. Elle attendit que la nuit devienne complètement noire, en utilisant la couverture de l’obscurité, Su Xi sauta finalement de l’étang à lotus sur la terre ferme.

Soudain, un cri effroyable retentit: “Fantôme !!”

Su Xi tourna lentement la tête vers la direction du cri, son visage affreusement déformé, ses yeux rouge de colère. Elle avait trop été énervé aujourd’hui. Elle se retourna et s’apprêta à déchaîner sa colère contre le malheureux valet quand elle réalisa qu’il s’était déjà évanoui après avoir été effrayé par le “fantôme”. Maintenant, sans aucun moyen de libérer sa frustration, Su Xi détourna les yeux et utilisa la couverture de l’obscurité pour s’enfuir rapidement vers ses quartier.

La petite cour la plus éloignée de Su Manor.

Su Luo avait un brin d’herbe dans la bouche, les deux mains derrière la tête, elle était allongée sur le toit, les deux pieds relevés, dégageant une impression de détente. Elle examina tranquillement ce qui s’était passé ce matin. En pensant à la façon dont Su Xi et Su Wan ont été humilié, elle devint heureuse. Penser aux futur combats et rancoeur entre les deux la rendait encore plus heureuse. Tout en pensant, soudainement un visage merveilleux lui traversa l’esprit. Surtout cette paire de pupille envoûtante, noir comme de l’encre, avec une lueur brillante pleine de fierté qui émanait de ses iris obsidiennes. Bien que son rire semblait insouciant, il cachait la force et la majesté d’un aigle; convaincante, méprisante mais en même temps, dégageait une forte attitude dominatrice.

Elle a décrit le jeune homme à Lu Luo (sa servante), qui est immédiatement devenu tellement excité que le bol dans sa main a commencé à trembler. Elle a dit avec enthousiasme: “Xiaojie, si je ne me trompe pas, vous avait rencontré Son Altesse le Prince Jin! Oui, ça doit être Jin Wangye!”

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s